La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
02 43 45 80 12
logo Biocoop
Biocoop La Flèche

Les bonnes bases bio

Les bonnes bases bio

Le 23/10/2023

En ce temps de rentrée, il est bon de revoir les bases pour aborder une nouvelle année bio et avoir les réponses face aux raccourcis, voire aux préjugés : qu’est-ce que l’agriculture biologique ?

En ce temps de rentrée, il est bon de revoir les bases pour aborder une nouvelle année bio et avoir les réponses face aux raccourcis, voire aux préjugés : qu’est-ce que l’agriculture biologique ?

Par Pascale Solana

Vignette Actu - Les bonnes bases bioVignette Actu - Les bonnes bases bio

Tout ça, c'est bio ?

« Écologique », « nature », « local », « zéro déchet », « bio » sont souvent à tort, rangés dans le même sac. Même HVE, haute valeur environnementale, une certification peu contraignante qui induit en erreur le consommateur. L’agriculture biologique (AB) a une définition reconnue : c’est un système global de production agricole qui allie les meilleures pratiques environnementales, le respect de la biodiversité, la préservation des ressources naturelles et l’application de normes élevées en matière de bien-être animal.

Une réglementation

Elle est encadrée par la réglementation européenne via le règlement (UE) 2018/848. Des cahiers des charges en découlent pour chaque production : conduite du système agricole, densité, intrants autorisés ou pas, etc. De la production au commerce, tous les opérateurs à tous les stades sont contrôlés au moins une fois par an.

Photo d'illustration - Pas de chimie de synthèsePhoto d'illustration - Pas de chimie de synthèse

Pas de chimie de synthèse

L’agriculture bio s’interdit les substances chimiques synthétiques et les OGM. Pas de pesticides chimiques, c’est ce qu’on retient le plus souvent. En effet, elle autorise 57 substances d’origine naturelle (vinaigre, huile de colza, bière, cuivre, petit-lait, etc.), contre 455 substances naturelles et synthétiques en conventionnel (règlement d’exécution (UE) n° 540/2011). L’usage de ces substances actives végétales, animales, minérales ou microbiennes n’est pas systématique. Il doit être justifié, limité et en dernier recours pour lutter contre des organismes ou des maladies pour lesquels on ne dispose pas d’alternatives biologiques, physiques, ni de sélection végétale ou autres méthodes de gestion (annexe du règlement d’exécution (UE) n° 2021/1165).

Lire notre article issu du Culture Bio n° 129 pour tout savoir sur les additifs autorisés dans les produits transformés.

Une démarche globale

Pratiquer l’agriculture biologique ne consiste pas à remplacer des produits chimiques de synthèse par des naturels. Il s’agit à l’origine d’une démarche globale qui dépasse souvent l’agronomie. Selon l’Ifoam, la fédération internationale de la bio (ifoam.bio), elle s’appuie sur quatre principes fondateurs : l’écologie, la santé, le soin, l’éthique. Ses pratiques misent sur la prévention et sont soucieuses des équilibres naturels : plus ils sont soutenus, accompagnés, vivants, tout comme la fertilité du sol, base de l’agriculture biologique, plus ils sont résistants. D’où l’importance des haies, des rotations de cultures, de la présence du paysan sur le terrain, etc. La bio est une réponse aux enjeux écologiques. Là où l’agriculture conventionnelle est pensée pour la compétition dans des milieux tempérés et stables, elle est adaptable et résiliente.

ÇA C'EST BIOCOOP

Aujourd’hui, oui, le bio peut être suremballé, « emplastiqué », avoir fait trois fois le tour de la planète et hors saison… Et quoi encore ? Partant du cadre commun qui reste très contraignant, toutes les productions bio ne se valent pas, et Biocoop s’est très tôt surimposé des cadres et des cahiers des charges.

Biocoop prône une bio de proximité au maximum pour ce qui est productible en France et de préférence issue de collectifs de paysans associés à la coopérative. Une production ancrée dans son territoire, de saison, sans serres chauffées, équitable si possible. La part des produits issus du commerce équitable représente 28 % de son chiffre d’affaires.

Objectif 2025 : 30 %. Parmi les derniers combats de Biocoop, des produits bio non ultratransformés, aux recettes saines, simples et plus authentiques.

Chiffres bio

L’antisèche, avec quelques données fraîches

83%
du bio consommé en France est produit dans l’Hexagone
  14,2%
des fermes sont en bio
10,7 %
C’est la surface agricole utile (SAU), vs 4,8 en 2015

Objectif
2027
18 %

En 2022, le nombre de nouveaux producteurs bio (5 330) est en baisse comparé à 2021 : coup de frein sur la dynamique de conversion.

Source : Agence bio - agencebio.org/vos-outils/les-chiffres-cles

Les trois premières régions bio sont :

À LIRE EN LIGNE : « La Bio en questions », un ouvrage pédagogique très documenté.

Article extrait du n°130 de CULTURE BIO, le mag de Biocoop, distribué gratuitement dans les magasins du réseau, dans la limite des stocks disponibles.

Retour